A- GENÈSE

Ce projet présenté pour la première fois à Paris en 2016, au Centre Culturel Américain, parrainé par le plus grand calligraphe encore vivant, Hassan Massoudy, est né de la rencontre entre Ilham Mirnezami et Elsa Vautrain ; il s’agissait alors via une démarche participative et interactive de favoriser l’émergence de projets artistiques et culturels innovants, et créer un métissage de publics.
La programmation de cette édition de lancement construite autour de la notion de dialogue culturel, mettait en résonnance différentes esthétiques et formes d’art : la musique avec la danse, la photographie avec la peinture et la calligraphie.

En 2017, suite à la rencontre avec Ali Daou, chargé culturel de l’UNESCO Mali, le projet est accueilli à Bamako. Sous son impulsion, une soixantaine d’enfants venant de différentes régions du Mali bénéficient d’actions pédagogiques dans des domaines artistiques variés et participent au festival pluridisciplinaire favorisant le dialogue interculturel. L’objectif est non seulement d’offrir aux enfants une fenêtre sur le monde, une opportunité de se découvrir et découvrir des artistes venus de divers horizons du monde, mais aussi de leur offrir un espace de participation et de création aux expressions plurielles, nourri de leurs propres inspirations.

Équations nomades s’est alors donné pour objectif de créer au Mali et dans chacun de ses futurs pays d’implantation, un processus d’accompagnement au long cours pour permettre à de nombreux enfants d’accéder à des formations artistiques de grande qualité et à des lieux culturels de bénéficier de dons leur permettant de former les générations futures dans de bonnes conditions. Par ces actions, Équations Nomades a la volonté de créer des ponts entre les peuples et de consolider des axes d’échanges par l’arme pacifiste qu’est la culture. L’un des objectifs phares est de promouvoir, par ce même moyen, la Paix et la tolérance de manière durable et ainsi d’apporter l’espoir par l’Art.

B-CONCEPTION

ELSA VAUTRAIN , FONDATRICE

Issue d’une famille d’artistes, Elsa Vautrain baigne dans l’art dès son plus jeune âge ; réalisation, peinture, écriture, musique, et haute couture font alors partis de son quotidien. Cours de théâtre à 2 ans, danse classique à 4, c’est en horaires aménagés qu’elle découvre à 7 ans la pratique de la musique.

Etudiante brillante, elle obtiendra son prix de guitare classique et de musique de chambre tout en suivant un cursus hypokhâgne-khâgne en classes préparatoires. Après avoir obtenu une licence en philosophie, elle s’oriente vers des études de management et obtient ainsi un master dans ce domaine, qui la conduira vers la pratique de l’expertise-comptable ; master qui sera suivi par un MBA en Management Culturel.

Amoureuse des arts, elle accompagne, en parallèle de son métier d’expert-comptable, des musiciens de renom issus du classique, et devient ainsi peu à peu leur conseillère artistique. Dans ce cadre, elle est amenée à manager des projets, construire des stratégies de communication, travailler sur l’image des artistes tant visuelle que conceptuelle, et forme ainsi, au fur et à mesure de ses rencontres, sa vision artistique.

L’art qu’Elsa Vautrain défend est un art exigeant, transversal, et interactif. Le classique oui, le classique avec un grand C ; mais un classique ouvert. Non plus décloisonné mais transversal. Elle pense cette vision au travers la musique, mais la conçoit dès la genèse comme pouvant être transposée sur d’autres formes d’art. Anton Tchekov a détruit le 4ème mur séparant les acteurs du public, là aussi il s’agissait de décloisonnement. Dans sa vision elle souhaite s’ancrer dans l’après, et bâtir un nouveau type de relation entre les artistes et le public.

ILHAM MIRNEZAMI, FONDATRICE

Ilham MirnezamiD’origine marocaine et ayant grandi en France, Ilham a toujours considéré sa double culture comme une double richesse qui l’a naturellement poussée à explorer d’autres cultures.
Elle intègre à Paris un cursus universitaire en Langues, Littératures et Civilisations Étrangères qui révèle son goût certain pour l’écriture sous toutes ses formes.
Passionnée par la recherche littéraire, elle se lance ensuite dans un master en langues, lettres et sciences de la communication. Cette année se concrétisera par une expérience au sein du magasine CB News.

Polyglotte (anglais, espagnol, arabe), elle travaille aujourd’hui en tant que chef de projets pour un cabinet de conseil spécialisé en stratégie informatique.

En parallèle de son métier, elle collabore avec Hedayat Music, une société de gestion de projet musical dans laquelle elle apporte son expertise aux artistes. Ses axes majeurs sont le management de projet artistique et la promotion des artistes.

Passionnée depuis toujours par l’art, elle décide de se former au management de projets culturels à l’EAC de Paris.
Convaincue de la richesse que procure l’interaction artistique, elle se plait à imaginer des univers où dialoguent les cultures étrangères en mettant en lumière la notion de regards croisés.

Sa vision de l’art met en exergue des axes phares tels que l’échange, la transmission des mémoires, la construction d’une « culture ensemble et pour tous » car comme le disait à juste titre le grand Octavio Paz « Toute culture naît du mélange, de la rencontre, des chocs. A l’inverse, c’est de l’isolement que meurent les civilisations ».

NOS VALEURS

  • PARTAGE : le partage est au cœur du projet Équations Nomades, entre les publics et artistes invités, entre les cultures, les formes d’art, au sein du public même, entre les générations, les peuples …
  • DECLOISONNEMENT : par l’art et la culture Équations Nomades via une démarche transversale veut favoriser le décloisonnement entre les peuples, les pays, les formes d’art …

Ces valeurs se retrouvent en synthèse dans les deux termes « Équations Nomades » :

  • EQUATIONS : pour la recherche de paradigmes permettant de résoudre le paradoxe d’unité dans la diversité.
  • NOMADES : pour la volonté d’itinérance et de mutation permanente, car il n’y a de constant que le changement.